Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mega-Games-Le-Blog.com

site appartenant à l'influenceur Defthunder

Publié le par Defthunder
Publié dans : #Actu Jeux vidéos

Le français Treevax, un grand fan de Dragon Ball a attiré l'attention du community manager de Bandai Namco, en postant sur le forum européen officiel de Bandai Namco une partie de son boulot.

Le community manager l'encourage alors à continuer ce qu'il faisait, afin de pouvoir transmettre les différentes idées et demandes des fans aux producteurs japonais.

En juillet 2012, lors de Japan Expo, il avait réussit à organiser une grande réunion grâce au label director de l'époque chez Bandai Namco, afin de pouvoir dévoiler tout le projet en détails à l'équipe entière des producteurs japonais. Celui-ci a aujourd'hui eu un impact léger sur Dragon Ball Z: Battle of Z qui était déjà grandement avancé à l'époque, mais en a eu surtout un bien plus important sur le dernier jeu de la franchise à ce jour, Dragon Ball Xenoverse, qui fut un succès apprécié par la grand majorité des fans.

Treevax, l'auteur du projet, s'exprima sur celui-ci :

"Je pense qu’on a tous été frustré que les "bonnes idées" des jeux ne soient jamais réunies dans un seul et même jeu. Tenkaichi 3 était excellent en 2007. Mais si ce même jeu sortait aujourd’hui, on entendrait "ça a pris un coup de vieux, y a pas de créateur de personnages, y a pas de mode online, y a pas d’exploration, y a pas Dragon Ball Super", etc. J’aime beaucoup Xenoverse, mais il est totalement tourné sur l’aspect MMO. Jouer un perso classique est presque devenu optionnel. Dans le projet DBRB3, l’idée est de vivre les aventures de Gokû du début à la fin, avec une narration fidèle et fluide et un gameplay amélioré à la Tenkaichi 3. C’est aussi de pouvoir s’éclater en versus sans se dire "ah oui c’est vrai, mon perso préféré n’est pas dans le jeu !" Maintenant, le truc, c’est de voir si ça intéresse les gens, car seule une très forte demande pourrait convaincre Bandai Namco."

Le soutien du projet passe par une page Facebook qui regroupe à l'heure actuelle plus de 35 000 soutiens. Soutenez le projet via page officielle du projet, qui comporte également le cahier des charges complet.

Commenter cet article